Les actions réalisées

NOUVELLE VAGUE

La moyenne d’âge des conchyliculteurs ne cesse d’augmenter et de moins en moins de jeunes se tournent vers ce métier. Renouveler cette profession est de fait une priorité.  L’objectif de ce projet était de susciter des vocations sur le territoire via l’utilisation de l’art et des réseaux sociaux auprès d’une population, notamment des jeunes, qui ne le connait pas. Une exposition a été crée, puis un ouvrage (en cours de publication) qui sera offert aux lycées et organismes de formation d’Occitanie.

La lagune de Thau et ses jeux de lumières sont une invitation perpétuelle à la rêverie. La faune et la flore évoluent au fil des saisons, sous le regard averti des pêcheurs et conchyliculteurs. Cette lagune, ils la connaissent par cœur, ils la savent fragile et sont fiers d’en être les sentinelles.

Le livre « Nouvelle Vague » a pour objectif de mettre en lumière la conchyliculture, activité emblématique de la région Occitanie et pourtant souvent méconnue du grand public, à travers douze portraits de conchyliculteurs. Ces portraits racontent le parcours de vie, les techniques de production, les réussites et les craintes de chacun. Ils permettent de découvrir la diversité des tâches au fil des saisons et les atouts et contraintes de la profession. Ils valorisent un savoir-faire traditionnel et innovant, ils sensibilisent sur la nécessaire protection de l’environnement de production et ouvrent la réflexion sur la conchyliculture de demain.

Pendant un an, nous sommes allés tous les mois à la rencontre d’un conchyliculteur. Derrière chaque porte de mas, nous avons rencontré des hommes et des femmes passionnés par leur métier, et écouté des histoires qui ne se retrouvent nulle part ailleurs. C’est le plaisir de ces échanges que nous avions envie de partager dans ce livre.

Un projet réalisé par le Cepralmar en partenariat avec le CRCM et avec le soutien financier de Sète Agglopôle Méditerranée, du Département de l’Hérault, de la Région Occitanie et du Fond Européen pour les Affaires Maritimes et la Pêche (FEAMP).

 

 

 

 

 

Camille Galtier
Manon Alexandre
Fanny Vidal

Textes et photos : © Erika Gervasoni

Portraits : © Thierry Borredon – Dessins : © David Duart

 

 

NATIUSTRA

Vers un approvisionnement en naissain naturel local

L’approvisionnement en naissain en Méditerranée se fait aujourd’hui essentiellement via la façade Atlantique. Disposer d’un naissain naturel local permettra de renforcer la filière conchylicole en favorisant l’autonomie des producteurs dans l’acquisition de leur matière première, et leur offrira le choix de travailler avec des cheptels adaptés aux conditions environnementales de la lagune. Cette nouvelle activité permettra aux entreprises de se diversifier en incluant cette nouvelle activité ou de se spécialiser.

Les objectifs de Natiustra sont doubles :

  • Définir le parcours zootechnique approprié pour maximiser la survie et la qualité des naissains du captage au collage
  • Réaliser une analyse économique et financière de cette nouvelle activité.

Le captage « hors tables » sur filières, qui avait été identifié comme une piste intéressante dans la cadre du projet PRONAMED, s’est avéré présenter des contraintes logistiques considérables pour un résultat qui n’a pas été à la hauteur des attentes. Il semblerait donc qu’il vaille mieux optimiser et encourager la pratique du captage sur tables, dans les zones les plus favorables. Différents tests de collecteurs ont été réalisés en ce sens. Les cordées de coupelles à la verticale (cadres) ont montré les meilleures performances sur la table du lycée de la mer, mais il faudrait les adapter aux pratiques et contraintes des professionnels (fragilité, difficulté de manipulation …). Les coupelles biosourcées et les plénos semblent également être des pistes intéressantes à développer pour le captage naturel.

Les calculs de coûts à partir des données des professionnels et des différentes hypothèses de rendements en huîtres de taille collable montrent la rentabilité de cette activité dans la lagune de Thau.

De plus, les professionnels évoquent d’autres avantages à cette pratique dont la résistance aux mortalités et aux épisodes de malaïgues, la qualité du produit final, une bonne image du produit auprès des consommateurs et le respect de critères de durabilité (une production locale et respectueuse de l’environnement)

 

 

Projet porté par le Cépralmar, en partenariat avec le CRCM et l’Ifremer et avec l’appui technique du Lycée de la Mer Paul Bousquet. Avec le soutien financier de Sète Agglopôle Méditerranée, du Département de l’Hérault, de la Région Occitanie et du Fond Européen pour les Affaires Maritimes et la Pêche (FEAMP)

EXONDEX 

un système innovant d’élevage à plat

La très grande majorité des entreprises d’Occitanie pratiquent l’élevage d’huîtres collées sur cordes Cependant, afin de travailler sur la qualité des produits de plus en plus d’entreprises pratiquent l’exondation des cordes, nécessitant l’installation de perches tournantes pour faciliter cette dernière. Par ailleurs, il demeure un important problème de prédation des jeunes huîtres fraichement collées par les dorades, pouvant entrainer des pertes allant jusqu’à 100%. Afin de pallier ce problème, de nombreuses entreprises installent des filets à dorades autour de leurs tables qui s’avèrent coûteux et difficiles à mettre en place. Afin de répondre à ces enjeux, un ostréiculteur a mis au point un système innovant d’élevage à plat : le système EXONDEX. Nous avons cherché à comparer les performances zootechniques ainsi que les coûts de production associés de ce système exondex par rapport à des huîtres exondées collées sur cordes.

Projet porté par le Cépralmar, en partenariat avec le CRCM et avec l’appui technique du Lycée de la Mer Paul Bousquet. Avec le soutien financier de la Région Occitanie.

Documents à télécharger
Cepralmar_Rapport_Exondex_mai_2022

HOLOSUD

Initier une nouvelle filière halio-alimentaire en Occitanie basée sur l’aquaculture d’holothuries autochtones (Holothuria tubulosa).

Bien que non consommé en Europe, la demande en concombre de mer est importante en Asie. Les holothuries, par leur caractère détritivore, présentent également un potentiel de bioremédiation du milieu, et sont donc un candidat potentiel pour de l’Aquaculture Intégrée Multi-Trophique. Le projet HOLOSUD a pour objectif d’initier une nouvelle filière halio-alimentaire basée sur l’aquaculture d’une holothurie autochtone, Holothuria tubulosa. Sur notre territoire, l’idée est d’associer cette espèce aux élevages d’huîtres et de moules. Pour y parvenir, il convient de maitriser la reproduction de cet invertébré et s’assurer du potentiel de croissance de cette espèce sur les zones d’élevage. C’est plus spécifiquement sur ce dernier point que le Cépralmar est intervenu.

Projet porté par le Cépralmar et le Groupe Barba, en partenariat avec le CRCM, l’Ifremer et Marbec. Avec le soutien financier de la Région Occitanie et de l’Etat au titre du PITE Plan Littoral 21 

HUÎTRES PLATES

Le retour d’une espèce endémique en Méditerranée

Dans le contexte actuel d’une production d’huître creuse fragilisée (Herpesvirus, Vibrio, Malaigue, Eaux vertes …), la diversification des productions est une piste intéressante. Actuellement, de plus en plus de professionnels se relancent dans la culture d’huître plate (Ostrea edulis), une espèce traditionnellement présente en Méditerranée qui a longtemps été délaissée. Cependant, le nombre de professionnels qui cultivent cette espèce et le parcours zootechnique utilisé doivent être éclaircis. De plus, les performances de cette espèce (survie, croissance) en Méditerranée nécessitent elles aussi d’être mieux connues. Ainsi l’objectif est de disposer de références technico-économiques fiables et d’évaluer le potentiel de cette espèce pour l’ostréiculture méditerranéenne.

Un questionnaire a été envoyé par email en janvier 2021 à tous les professionnels de Méditerranée via la liste de diffusion du CRCM afin de :

  • Recenser les producteurs d’huîtres plates en Méditerranée.
  • Connaître leurs intérêts et attentes vis à vis de ce produit.
  • Avoir une meilleure connaissance des pratiques de culture d’huîtres plates en Méditerranée pour adapter la politique de gestion de la production ostréicole.

70 professionnels ont répondu à l’enquête. 17 professionnels déclarent produire actuellement des huîtres plates soit environ ¼ des enquêtés. Sur les 70 enquêtés, au moins 29 entreprises envisagent d’en produire dans le futur. La majorité des entreprises interrogées produit moins de 1600 kg par an. Les principales zones de production sont Bouzigues et Mèze.

A la suite de ces enquêtes, un travail plus approfondi devra être mené dans les années à venir afin de contribuer au développement de cette production (parcours zootechnique, maîtrise de la reproduction …).

Synthèse enquête