Les recifs artificiels en Région Languedoc Roussillon

Agde

Une grande partie des fonds marins situés au large d’Agde est constituée par des sédiments sablovaseux. Cependant, au niveau du Cap d’Agde, se déploie un vaste système de substrats durs, principalement formé par plusieurs coulées volcaniques d’un ancien volcan de type hawaïen. Dans ce secteur, deux campagnes d’immersion ont eu lieu et une nouvelle est à l’étude.

Les Projets

Une première phase d’immersion : 1985

Les premiers récifs artificiels ont été immergés au large de la commune d’Adge en 1985, l’objectif principal étant de «soutenir la pêche aux petits métiers sur le secteur». Elles ont été effectuées à l’occasion du premier grand programme français d’immersion. Lors de cette campagne, il a été coulé des modules Bonna et comin face au Grau d’Agde.

  • Maîtrise d’ouvrage : Cépralmar
  • Maîtrise d’oeuvre : Entrepreneurs groupes solidaires (Société des TUYAUX BONNA, Société AQUATECHNIC, société CONIN)
  • Coût : 800 000 € HT pour les 5 zones
  • Financements : Financement du Programme Intégré Méditerranéen (PIM) 

Le cap d’Agde  Source : Cépralmar

Dix ans après, une deuxième phase d’immersion

La deuxième phase d’immersion a eu lieu en 1995 avec plusieurs objectifs : le partage de l’espace en faveur des arts dormants, et le soutien et le développement de la pêche.

Organisation administrative :

  • Maîtrise d’ouvrage : Commune d’Agde
  • Maîtrise d’oeuvre : BRL, EMCC
  • Coût : 403 995 € HT
  • Financements
              Région : 35 %
              Département de l’Hérault : 15 %
              Commune d’Agde : 50 %
            

Caractéristique techniques :

Le plan d’implantation a été défini par les pêcheurs, qui ont élaboré une vingtaine de lignes de direction générale Ouest/Est régulièrement espacées. Les amas de modules disposés en quinconce ont été positionnés de telle sorte qu’ils soient espacés les uns des autres d’une distance moyenne de 200 m afin que la zone d’immersion soit uniformément recouverte.

  • Superficie de la concession : 20 km2
  • Volume immergé : 1 420 m3
  • Profondeur : 15 à 25 m
  • Typologie des modules : 200 buses en béton

 

2009 : mise à l’eau de nouveaux récifs

L’objectif de cette opération est identique à celui de la première phase de travaux. Il vise à maintenir la pêche artisanale sur une partie du littoral languedocien qui a connu en deux décennies un important phénomène de récession.

Organisation administrative

  • Maîtrise d’ouvrage : Commune d’Agde
  • Maîtrise d’oeuvre : BRL ingénierie
  • Coût : 1 543 995 € HT
  • Financements : Région, Département de l’Hérault, Commune d’Agde

 Caractéristique techniques

Cinq zones d’implantation

 

  • Volume immergé : 1059 m3 + 24 m3 de prototype
  • Profondeur : 10à 35 m
  • Typologie des modules :

Quatre types de récifs :
- Doubles buses sur tapis anti-affouillement
- Doubles buses emboitées
- Paniers aciers
- 2 prototypes

 

Pêche professionnelle

Sur le secteur, la Prud’homie d’Agde compte 45 pêcheurs petits métiers en mer ce qui fait d’Agde le premier port de la région pour ce type de profession. Les ports les plus proches sont ceux de Valras-plage et celui de Marseillan. Ainsi, les pêcheurs professionnels sont particulièrement concernés par les projets d’aménagement de la bande côtière, tant sur le plan des enjeux de gestion des ressources que sur la zone géographique concernée ; celle des 3 milles, réservée à la pêche aux petits métiers.

Navires petits métiers au cap d’Agde  Source : Cépralmar

La plaisance

Le port du Cap d’Agde possède environ 2 450 places réservées aux bateaux de plaisance. C’est le principal port de plaisance à proximité des récifs artificiels. On trouve aussi des emplacements réservés à la plaisance dans le port de Marseillan-plage (200 places), dans le port de Por t Ambonne (300 places) et tout au long de l’embouchure de l’Hérault, du grau jusqu’à la ville d’Agde (500 places environ).
Une enquête récente du CEGEL (2003) réalisée sur respectivement 22 et 33 plaisanciers du Cap d’Agde et de Port Ambonne met en évidence l’importance de la pratique de pêche récréative à partir d’embarcations de plaisance ayant une place de port à l’année.

La plongée

De nombreux clubs de plongée sont installés sur la commune où dans les communes aux alentours. Néanmoins l’existence de nombreux sites naturels autour du plateau du Brescou, limite la fréquentation des récifs artificiels. Le site des Tables au large du port d’Agde est le site le plus fréquenté de la région. La pression anthropique sur le milieu dans ce secteur est donc très importante mais, aux yeux des plongeurs, les récifs de type «buse» sont moins attractifs que des sites naturels.

Les suivis scientifiques

Immersion de 1999

Réalisé par le groupement CEGEL / GIS Posidonie, le suivi s’est déroulé sur une année.

En savoir plus

  • V.Heyraud, septembre 2007, Les acteurs des récifs en Languedoc-Roussillon, Cépralmar
  • B. Pary, mars 2005, procédures pour l’immersion de récifs artificiels, Cépralmar
  • Valorisation bande côtière, Aménagement des zones de pêches, Rapport descriptif, Cépralmar
  • 1995, impact des récifs artificiels sur le milieu marin et la pêche professionnelle, propositiond’étude, BRL
  • 2003, projet d’immersion de récifs artificiels, étude d’impact valant document d’incidences au titre du code de l’environnement
  • 2008, Bloc Marine Méditerranées
  • 2006, les activités maritimes en région Languedoc-Roussillon, DRAM